Capture d’écran 2010-02-18 à 10.32.56

Sur ce site, vous retrouverez les archives des créations passées de l’Agence de de Géographie Affective.

Pour suivre l’actualité, c’est ici.

L’association a été créée à Bordeaux suite à une intervention sur le quartier de la
Benauge en décembre 2008 à l’invitation de Chahuts sous l’impulsion d’un conteur,
Olivier Villanove et d’un géographe, Thierry Lafollie.

L’Agence de Géographie Affective questionne  la  place de  l’intime dans  l’espace  public. Comment parler du rapport  du sensible  et de l’espace public, en utilisant  le  récit,  la  danse, le  dessin  ou  la  prise  de son?  C’est un projet  artistique  et culturel  contextuel,  qui  se  dessine  au  long  cours.  Il  a  vocation  à  aller  à  la  découverte  de  situations  variées.  Chaque intervention s’invente en regard d’une situation, d’un territoire.

Au travers de ses spectacles mais aussi d’ateliers, de stages et d’actions de sensibilisation menés sur le territoire  de la nouvelle d’Aquitaine, l’association continue à explorer et partager sa recherche sur les questions qui lui sont chères :
– La prise de la parole dans l’espace public. Quelle est la place du récit dans notre société aujourd’hui ?
– Comment s’approprier et faire vivre un territoire sensible à travers le collectage, la transmission et l’écriture de son histoire ?
– Comment croiser  la  parole,  la danse,  le  dessin,  la  prise  de  son  pour  ouvrir  des  espaces nouveaux réels  et imaginés, et pour nous permettre de continuer à nous questionner sur le fonctionnement et le devenir de notre société ?
Nous venons de fêter deux années de mutualisation avec trois autres associations
avec lesquelles nous partageons des bureaux collectifs à Bordeaux. (La Grosse
Situation, Origami – Cie Gilles Baron, et Le collectif Os’o).

2 paquebots

Nous vivons aujourd’hui dans l’apparence d’un monde sans terra incognita.
L’espace que l’on partage aurait livré tous ses mystères, tout aurait été mesuré, parcouru, arpenté. Des satellites nous relaient en permanence l’état de la planète. Il suffit d’allumer son ordinateur pour avoir une image chaque jour plus précise de n’importe quels espaces du globe.

Que nous reste-t-il alors à découvrir ?
Nous pensons qu’il reste des portions d’espaces entiers à arpenter, que l’espace habité possède en lui-même la capacité de générer de l’affect, que les lieux se chargent des histoires que l’on y projettent, que les souvenirs s’inscrivent dans les murs, que les projets et les désirs que l’on y fait s’inscrivent dans le paysage.

C’est ce voile immatériel, ce calque profondément intime qui se posent ou que l’on appose sur les lieux que l’agence de géographie affective se propose d’explorer. Au centre de ces questionnements, que ceux-ci passent par le filtre du récit, c’est la question d’une parole adressée qui nous rassemble.

 

  • pour nous écrire: geoaffective@gmail.com